À PROPOS

DSC_0231 copie - Copie

Pauline Rouyer – 1986 – franco suisse

Curieuse, aventurière, sauvage, artiste éclectique…

Dès l’âge de 5 ans Pauline Rouyer s’essaie à la photographie avec un petit appareil photo offert par sa tante, elle-même photographe. Avec ce « jouet » capteur d’images, elle saisit le monde vu de sa petite hauteur.

Globe trotteuse, elle séjourne longuement en Australie et en Norvège. Les grands espaces et les terres nordiques restent ses sujets de prédilection. Depuis quelque temps, elle vit à Lausanne, sans doute un clin d’œil à ses racines suisses…

Son regard spontané se pose sur les paysages naturels (séries Jour blanc, Le lagon bleu,…). La photographe y relève parfois la présence indirecte des hommes par les traces construites de leur passage. Dans les environnements urbains (séries Luna Park Second hand,…), les lieux publics sont représentés comme des espaces expérimentaux où les hommes deviennent acteurs à part entière. Les corps se positionnent et se mettent en mouvement naturellement telle une improvisation commune, une danse à leur insu ?

Pauline explore également le champ du sténopé (pinhole photography), dispositif basé sur le principe de la camera obscura. La pratique du sténopé implique une part d’expérimentation et de hasard, une autre manière de créer, presque de fabriquer l’image, tel un sculpteur modelant sa matière. Les longs temps d’exposition y ajoutent une nouvelle dimension : l’image devient un témoin spatio-temporel.